L’origine de la phytothérapie et la place des plantes aujourd’hui pour notre santé

L’origine de la phytothérapie et la place des plantes aujourd’hui pour notre santé

origine de la phytothérapie

Depuis des millénaires, l’Homme se tourne vers la phytothérapie pour se soigner. A travers les continents et les civilisations, les plantes médicinales sont devenues au fil des siècles de véritables remèdes. Au cours du XIX siècle, les avancées chimiques et biologiques ont permis l’identification de nombreux principes actifs expliquant leurs multiples vertus. Cette connaissance technique et analytique permet aujourd’hui un meilleur encadrement de l’usage des plantes.

La phytothérapie ou se soigner naturellement par les plantes

En grec, le mot « phytothérapie » signifie : phyton « plante ou végétal » et therapeia « traitement ». Par définition, ce terme désigne l’usage de plantes ou de médicaments à base de plantes à des fins thérapeutiques. La phytothérapie se base sur un savoir empirique qui s’est développé pendant des siècles dans le monde, que ce soit en Inde, en Chine ou en Europe. Elle est ainsi fondée sur l’utilisation traditionnelle des plantes médicinales.

Leurs propriétés curatives sont reconnues depuis l’Antiquité. En effet, les plantes faisaient déjà le bonheur des Romains et des Grecs. Au Moyen-âge, les moines les utilisaient régulièrement pour soigner de nombreuses maladies.

Les plantes étaient employées “en l’état” sous différentes formes : en infusion, en décoction, ou encore sous forme de teintures. Ces techniques de préparations ancestrales restent aujourd’hui une tradition dans l’usage des plantes médicinales. Selon les espèces, différentes parties sont exploitées comme les feuilles, les fleurs et les sommités fleuries, les racines ou les plantes entières.

Le XIXème siècle, la découverte des principes actifs

Le 19ème siècle marque un virage en termes de connaissances des plantes grâce aux progrès de la physique et de la chimie. En effet, les avancées scientifiques et les différents travaux réalisés ont permis d’extraire différents principes actifs végétaux.

L’identification de ces substances ont permis de comprendre que les plantes ne renfermaient pas un seul principe actif. Au contraire, elles contiennent un ensemble de principes actifs qui agissent en synergie et sont responsables des bienfaits des plantes. Elles peuvent intervenir de manière isolée ou en association pour une action thérapeutique. La découverte des principes actifs a ainsi révolutionné notre manière de nous soigner.

La saule et l’acide salicylique

En 1829, un pharmacien français Pierre-Joseph Leroux isola la salicine (ou acide salicylique) à partir de l’écorce de saule blanc (Salix alba). Ce fût le précurseur de l’aspirine. Certains l’appellent même encore aujourd’hui l’ “aspirine végétal”. En 1860, le chimiste allemand Hermann Kolbe réussit la synthèse chimique de l’acide salicylique. Puis, un laboratoire allemand ajouta une molécule d’acétyl à l’acide salicylique pour former l’acide acétylsalicylique et créa l’aspirine de manière chimique. C’est ainsi que la phytothérapie et les médicaments de synthèse commencèrent à prendre des voies séparées.

Le mélilot et la coumarine 

Grâce à son odeur de foin fraîchement coupé, le mélilot (Melilotus officinalis) a attiré l’attention des parfumeurs dès le XIXe siècle. Ce parfum est dû à la présence d’un principe actif, la coumarine, en forte concentration dans les parties aériennes de la plante. Les coumarines présentent des propriétés anti-coagulantes et peuvent s’utiliser en cas d’insuffisance veineuse.

Le pavot et ses principes actifs

Le Pavot à opium, Papaver somniferum, est une plante herbacée dont on extrait l’opium à partir du XIXème siècle. Cette substance contient des alcaloïdes psychotropes comme la morphine, devenue aujourd’hui un médicament antidouleur de référence obtenu par synthèse chimique. Une autre molécule provient également du pavot, la codéine. Elle présente des effets analgésiques et son utilisation est maintenant très répandue.

La place de la phytothérapie dans notre santé au quotidien

Au fil du temps, la pharmacie s’est orientée vers l’usage des substances chimiques au détriment des plantes, suite aux guerres mondiales, à la révolution industrielle ou encore à la modernisation des technologies.

Toutefois, les progrès dans l’identification des principes actifs et la mise en évidence de nouvelles propriétés pharmacologiques font de nos jours de la phytothérapie une alternative complémentaire aux traitements médicamenteux. Les récentes études scientifiques à travers le monde entier permettent de mieux comprendre et de justifier l’efficacité des plantes médicinales. Ces végétaux bénéficient de plus en plus de documentations scientifiques validées auprès des autorités de santé nationales et internationales. Par ailleurs, les plantes sont maintenant encadrées par la législation afin d’assurer la sécurité de leur usage (Pharmacopée Européenne).

Même si les médicaments ont encore une place prépondérante dans notre médecine occidentale, il existe actuellement un regain d’intérêt pour les plantes suite à différents scandales sanitaires. Nous assistons de plus en plus à une démocratisation de leurs usages pour notre santé et notre bien-être au quotidien.

Laisser un commentaire

0
X