Le thé en Inde

Le thé en Inde

le thé en inde

Un peu d’histoire

L’aventure du thé en Inde ne commence que vers la fin du XIXème siècle, lorsque les Britanniques cherchent à développer leur propre production de thé dans leurs colonies indiennes, à l’exemple des Hollandais en Indonésie. Ils repèrent une variété indigène de théier, qui pousse dans la région d’Assam. Jusque là, sa feuille n’était utilisée que comme remède par les Indiens.

Ainsi, pendant longtemps, le thé indien est resté un produit d’exportation, destiné à l’Europe et à l’Amérique. Sous l’influence britannique, les indiens y ajoutent également du sucre et du lait : le masala chai est né !

De nos jours, l’Inde se dispute toujours avec la Chine le rang de premier producteur mondial de thé, production qui est désormais destinée à 80% à la consommation nationale. Non seulement l’Inde en cultive beaucoup, mais elle en boit aussi de grandes quantités.

Les spécificités du thé en Inde

Les types de thés

L’Inde produit presque essentiellement des thés noirs. Depuis quelques années, elle fabrique aussi un peu de thé semi-fermenté, des thés verts et du thé blanc mais ces nouvelles productions restent encore marginales.

Presque chaque partie de l’Inde a une région productrice de thé et abrite plus de 14 000 plantations. Les climats divers de chaque région distinguent chaque thé. Il existe trois types distincts de thé noir issus de trois grandes régions pour lesquels le pays est le plus célèbre :

– la région d’Assam (théier Camellia assamica)

Le thé de la région d’Assam incarne tout ce qui est caractéristique d’un bon thé noir indien. Ses notes aromatiques sont originales. Corsé, il se pare des parfums épicés légèrement muscadés. Fin en bouche, ses notes se terminent par un parfum subtilement boisé. Il fait partie de l’assortiment de thés utilisés dans l’Earl Grey.

– la région de Darjeeling (théier Camellia sinensis)

La région de Darjeeling est fraîche, humide et nichée dans les contreforts des montagnes de l’Himalaya à des altitudes de 600 à 2 000 mètres. Ces feuilles de thé Darjeeling ont une composition exceptionnelle. Le thé de couleur ambrée est exquis, délicatement aromatisé et considéré comme l’un des meilleurs thés du monde. Son goût et ses arômes légèrement amers et parfumés comportent une note boisée, voire épicée. C’est le thé noir d’Inde le plus consommé au monde et est au cœur de la fameuse « tasse de thé » britannique.

– la région de Nilgiri (théier Camellia assamica)

Sous sa couleur cuivrée, le thé noir bio de Nilgiri développe des saveurs intenses avec une note subtile et épicée. Les spécialistes de thés le considère comme étant encore plus fin que les célèbres thés de Darjeeling ou d’Assam. Ce thé bio occupe une place de choix dans le célèbre mélange de thés indiens, le masala chai. Consommé en toute occasion, ce dernier est servi avec du lait, du sucre, mais surtout relevé d’épices comme le gingembre, la cardamome, le poivre noir, le clou de girofle, l’anis et la cannelle.

D’autres petites productions de thé existent également dans le sud de l’Inde, comme la région des Annamalaï.

Les méthodes de productions du thé en Inde

Méthode orthodoxe

Dans la méthode orthodoxe, tout le processus, de la cueillette au conditionnement, est réalisé à la main et les feuilles sont conservées entières et traitées avec soin. Les thés qui en sont issus sont donc savoureux et de meilleure qualité. On le reconnaît à la diversité d’apparence des feuilles séchées. Plus rares et plus coûteux, ces thés sont vendus en Inde dans des boutiques spécialisées plutôt que sur les marchés ou au supermarché. La région produisant le plus de thé par cette méthode est Darjeeling.

Méthode CTC

L’autre méthode de production couramment utilisée en Inde est la mécanisation du thé, aussi appelée CTC (Cut Tear Curl). Le thé est ainsi passé à la machine. Cette technique donne des feuilles toutes identiques en taille, ainsi qu’un résidu de feuilles hachées très fines appelé “poussière de thé”, que l’on retrouve dans les thés les moins coûteux.

Laisser un commentaire

0
X