Le thé au Sri Lanka

Le thé au Sri Lanka​

le thé au sri lanka

Le Sri Lanka : l’île du thé

Situé au sud-est de l’Inde, rien ne destinait l’île de Ceylan, appelée depuis 1972 le Sri Lanka, à devenir aujourd’hui l’un des plus gros producteurs de thé au monde. En effet, les Hollandais occupaient l’île du XVIIème jusqu’au XVIIIème siècle. Personne ne pensait alors faire pousser du thé. Il fallut attendre l’occupation par les anglais pour que Ceylan se transforme en île du café dans un premier temps. La production était très importante et faisait de l’ombre au café du Brésil. Mais en 1869, un champignon redoutable, surnommé le « charbon du café », décima toutes les plantations de caféiers.

Puis, James Taylor, un jeune écossais botaniste, eut l’idée de diversifier les cultures et de se tourner vers le thé. Il planta des théiers venus de l’Inde et de Chine qui produisirent des thés d’excellente qualité. De même, il mit en place la méthode de la cueillette fine et inventa une machine à rouler les feuilles.

Un autre amoureux du thé lia son nom à jamais à celui de Ceylan : Sir Thomas Lipton. Ce riche investisseur acheta des terres de Ceylan afin d’y planter des Camellia sinensis. De cette manière, il fabriqua son propre thé et démocratisa cette boisson en supprimant les intermédiaires afin d’offrir un tarif plus attractif. Thomas Lipton distribua directement aux consommateurs anglais, déjà très amateurs de ce breuvage. Il devient ainsi producteur, importateur et distributeur de thé directement de la plantation à la théière !

De nos jours, malgré son indépendance, le Sri Lanka continue encore à produire du thé de qualité dans toutes les régions de l’île. Il fabrique principalement du thé noir fermenté mais commence aussi à proposer quelques thés verts et bleu-vert.

Les régions des plantations de thé au Sri Lanka

Le Sri Lanka est un lieu privilégié pour la production de thé. Les plantations sont majoritairement regroupées dans six régions : Galle, Ratnapura, Kandy, Nuwara Eliya, Dimbula et Uva. Le climat avec ses moussons joue un rôle essentiel sur la culture du thé. Chaque région offre ainsi un thé particulier.

Par exemple, Uva est une région d’altitude intermédiaire avec des vents secs donnant lieu à des thés plus moelleux et aromatiques de couleur cuivrée. A l’opposé, Dimbula est une région touchée par la mousson de juin à septembre. Le thé est récolté de janvier à mars ce qui en fait un thé corsé, claire en tasse avec une liqueur foncée. Quant à la région de Kandy située en basse altitude, elle donne un thé plus corsé et astringent.

Les différentes variétés de thé au Sri Lanka

En plus du climat, la qualité d’un thé au Sri Lanka dépend aussi de l’altitude. A la différence des autres pays producteurs de thé, cet état péninsulaire offre plusieurs qualités de thé qui se distinguent par l’altitude à laquelle se situent les plantations. Ainsi, on distingue 3 types de thés :

   – Les plantations des basses terres appelées « low-grown » jusqu’à 600 mètres d’altitude : elles donnent une liqueur foncée avec un profil aromatique moins prononcé. C’est pourquoi, les feuilles de thé sont utilisées en général pour faire des mélanges (ou blends).

   – Les plantations de plateau entre 600 et 1 300 mètres d’altitude ou « medium-grown ». Le thé est plutôt de qualité intermédiaire aux notes boisées, un atout pour créer des thés aromatisés.

   – Les plantations des hauteurs au-dessus de 1 300 mètres d’altitude ou « high-grown ». Très prisées pour leurs notes aromatiques, les feuilles de couleur brun-rouge poussent lentement. Récoltées de juin à septembre, elles offrent en infusion des arômes boisés et épicés.

Laisser un commentaire

0
X