Introduction à la phytothérapie et la naturopathie

Introduction à la phytothérapie et la naturopathie

naturopathie

Vous êtes de plus en plus nombreux à la recherche de solutions alternatives et complémentaires à la médecine classique. La phytothérapie et la naturopathie séduisent ainsi ceux qui veulent entretenir leur santé de manière naturelle et globale. Tour d’horizon et découverte de ces deux disciplines.

Qu’est-ce que la phytothérapie ? 

La phytothérapie vient du grec Phuton, signifiant plante et, therapeia, traitement. Cette pratique ancestrale cherche à maintenir et/ou rétablir la santé en utilisant les bienfaits des plantes. Elle reste complémentaire aux autres médecines. Cette discipline se base sur plusieurs approches : une approche holistique qui s’intéresse aux effets des plantes sur l’ensemble de l’individu – et une approche biochimique, qui se soucie plutôt des symptômes et de l’action des principes actifs des plantes sur ceux-ci.

L’art de se soigner avec les plantes nait avec l’usage des plantes médicinales. Dès l’Antiquité, elles étaient utilisées sous forme de décoctions ou en infusions. Au fil des siècles, la connaissance médicinale des plantes évolue grâce notamment aux travaux d’Aristote et de Théophraste. L’usage des plantes traverse les époques grâce à des ouvrages mentionnant les remèdes ancestraux comme Une Histoire des Plantes et Causes des Plantes. Les plantes à usage thérapeutique sont aujourd’hui recensées dans la Pharmacopée, un ouvrage encyclopédique.

A la fin du XIXe siècle, la phytothérapie décline rapidement au profit de la découverte des médicaments et de l’expertise scientifique en médecine. Mais, de nos jours, suite aux différentes crises sanitaires, la phytothérapie regagne en popularité. En effet, on la perçoit comme étant moins nocive et donnant moins d’effets indésirables que la médecine moderne.

Aujourd’hui, nous pouvons distinguer deux types de phytothérapie :

     – La phytothérapie dite « traditionnelle » basée sur l’usage ancestral et empirique des plantes.

     – La phytothérapie moderne qui s’appuie sur des connaissances biochimiques des principes actifs végétaux.

Les plantes peuvent ainsi s’utiliser à la fois dans un but préventif, curatif, mais également pour le bien-être et la beauté. Elles font aussi partie intégrante d’une autre discipline, la naturopathie.

Qu’est-ce que la naturopathie ?

Ce terme provient du latin natura qui signifie nature et du grec pathos désignant le ressenti, l’émotion. Selon l’OMS, c’est un « ensemble de méthodes de soins visant à renforcer les défenses de l’organisme par des moyens considérés comme naturels et biologiques ». Elle vise à maintenir ou restaurer un état de santé et de bien-être optimaux par l’alimentation, l’hygiène de vie et des moyens exclusivement naturels comme les plantes.

Cette pratique est l’héritière des travaux d’Hippocrate. Pendant l’antiquité, ce célèbre médecin grec relate de la faculté d’auto-guérison du corps par la force vitale. Les peuples d’Occident l’utilisèrent pendant de nombreux siècles. Mais, à partir du XXème siècle, comme pour la phytothérapie, elle devient plus confidentielle avec l’avènement de la médecine axée sur la chimie.

Avec l’engouement des médecines alternatives, la naturopathie redevient populaire dans les années 70 et donnera lieu à une réglementation. En 1983, l’OMS l’intègre aux services de santé publique. Le Parlement européen la reconnaît comme « Médecine non conventionnelle » depuis 1997.

La naturopathie a pour but d’accompagner une personne de manière complémentaire à la médecine traditionnelle. Elle utilise des méthodes naturelles afin d’aider l’organisme à combattre les maux du quotidien.

Les métiers de la phytothérapie et de la naturopathie 

Il existe différents métiers autour de l’usage des plantes à visée santé. Le médecin peut par exemple en prescrire sous forme de médicaments, de compléments alimentaires ou de dispositifs médicaux. D’un autre côté, les plantes médicinales libérées de la Pharmacopée et autorisées en vente libre peuvent aussi être proposées par d’autres praticiens comme le naturopathe.

Tout d’abord, il réalise un bilan nutritionnel afin de mesurer les carences et les surcharges nutritionnelles d’une personne. Puis, il lui donne des conseils sur son alimentation, son hygiène de vie et parfois des recommandations de plantes pour soulager certains maux. Le naturopathe cherche à rendre les sujets acteurs de leur propre santé.

Enfin, selon la réglementation des pays, les plantes médicinales en vrac peuvent se vendre chez un herboriste. Mais en France, ce métier n’existe plus depuis la seconde guerre mondiale.

Les préparations à base de plantes en vrac ou en sachets se trouvent aujourd’hui en vente en magasins bio, en tisaneries, sur internet et en pharmacies.

Laisser un commentaire

0
X